notablog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - now is mine

Fil des billets

vendredi 12 mai 2006

Italie au coeur

J'ai toujours aimé l'Italie. je crois y avoir mis les pieds pour la première fois il y a plus de vingt ans, des vacances dans un Club Med quelque part près de la mer.

Lire la suite...

samedi 29 avril 2006

In-flight

Où le dessus des nuages invite au voyage

J'ai toujours adoré les magazines des compagnies aériennes. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Peut-être parce qu'ils sont gratuits ? Peut-être aussi parce que le choix est limité lorsqu'on est assis dans un avion.

Lire la suite...

mercredi 12 avril 2006

Faire son deuil

Où comment détourner les mots d'un adage

J'ai entendu quelque part que La mort d'un amour donne la vie à un autre. J'ai toujours trouvé cet adage ridicule. On aime, ou on n'aime pas. Si on aime, on n'arrête pas d'aimer, comme ça, du jour au lendemain. Mais hier soir, j'ai découvert quelque chose.

Lire la suite...

Nettoyage de printemps

Ou comment faire son deuil en quatre clics et vingt secondes

Lire la suite...

jeudi 6 avril 2006

Dans mon voyage chez le roi du Bouthan...

...j'ai pas trouvé d'article. Mais j'ai trouvé ça.

Lire la suite...

vendredi 24 mars 2006

De la cheville et autres silences

Je viens de rater une marche. La dernière marche juste avant d'arriver tout en bas. Il faisait noir et je descendais chercher mes cigarettes. Je suis tombée.

Lire la suite...

samedi 18 mars 2006

Frimousse

J'ai pêché dans mes cartons...

Lire la suite...

vendredi 10 mars 2006

De listes et de blog

Hier soir, on a fait une liste. En fait, on en a fait plusieurs. La liste des choses à faire ensemble, (ranger la cave, organiser notre voyage à Rome, apporter le fauteuil fumoir anglais à réparer), la liste des choses à faire l'un ou l'autre, (les trucs passablement ennuyeux, du genre ma TVA - PrincessH, ça te rappelle rien ? - son rendez-vous avec l'avocat pour son divorce).

Lire la suite...

jeudi 9 mars 2006

Le coeur existe, je l'ai rencontré

Je suis une cérébrale. Genre, j'analyse, dans tous les sens. En long, en large, en travers. J'essaie de comprendre, de parler, de dire. Et voilà que je me prends une baffe en plein coeur et que je me rends compte que le cerveau n'y peut rien. Exit la superbe maxime qui dit que le cerveau peut tout réparer.

Lire la suite...

J'ai mal au coeur

J'ai beaucoup pleuré d'abord, et d'ailleurs je pleure encore un peu. Puis j'ai fait un détour par la principauté histoire de me changer les idées. Puis j'ai mangé des coeurs (de volailles, probablement avariés, qui sait), pour me donner du coeur à l'ouvrage. Je vais pleurer un peu encore. Et puis je vais travailler. Et ensuite, on verra. Peut-être que je prendrai mon téléphone, pour raconter. Ou qu'on m'appellera. Peut-être aussi que j'arriverai à arrêter de pleurer. Peut-être pas. La vie est con, parfois. Comme le bonheur. Le bonheur, c'est tout con, mais parfois ça fait mal au coeur. Je sais pas. Je sais plus.

Liebe kann vieles...

...doch manchmal ist Liebe nicht genug.
Glaube ist stark,
doch manchmal
ist Glaube Selbstbetrug.

Lire la suite...

mercredi 1 mars 2006

Aux Truies (part II)

Les vrais réguliers étaient peu nombreux. Une dizaine tout au plus, qui était là tous les jours, sans faute. D'autres passaient, plus ou moins régulièrement, qui apportaient leur pierre à l'édifice. Jamais orgueilleux ou égoïste n'avait tenu plus d'une soirée, écœurés qu'ils avaient été par la générosité ambiante. Dans la grande salle, c'était à qui tiendrait la porte, à qui trouverait le meilleur moyen de faire plaisir, à qui aurait le mot le plus gentil pour l’autre et l'on assistait à des scènes parfois comiques de courbettes infinies. "Je vous en prie…vous d'abord", "Non je n'en ferai rien".. Mie appelait ces moments ses "scènes de mime", et riait sous cape à ces ballets incessants de chaises tirées et repoussées pour permettre au voisin de mieux s'installer. On peut imaginer que l'amour indéfectible qui unissait le couple Hendaye était à l'origine de cette générosité ambiante, mais personne ne savait vraiment comment elle s'était installée, et pourquoi.

Lire la suite...

lundi 27 février 2006

Aux Truies (part I)

Il était une fois, dans une rue que le soleil n'atteignait qu'une fois par jour, à treize heures douze précises, un tout petit établissement, café-restaurant de son état.

"Aux Truies", car c'était son nom, ne payait pas de mine. On y entrait en poussant une porte bleue délavée par la pluie et grisée par le temps, qui grinçait un peu et déclenchait un "ding" sonore, destiné à avertir les propriétaires de l’entrée d’un client. La salle principale était sobre, meublée de tables rondes à droite, rondes à gauche, carrées au milieu, toutes recouvertes de nappes roses et brunes, aux couleurs de l'enseigne qui pendait au-dessus de la porte. La lumière, dispensée par quelques lampions de papier jaune et gris, ressemblait à celle de l'heure étrange où, entre chien et loup, il devient difficile de distinguer les traits de son interlocuteur.

Lire la suite...

vendredi 24 février 2006

Voyageur sans bagage

Où mon voyage trouve une clairière

Depuis quelques jours, je m'amuse à suivre des chemins de blogs. De blog en blog, je voyage sur des terres connues ou inconnues, je découvre des mots et des images que j'aime, d'autres que je n'aime pas. Il y a de tout sur la toile. Poncif s'il en est. Aujourd'hui, en partant de la Principauté, j'ai fait étape dans une confiserie et j'ai atterri devant une drôle de porte.

Lire la suite...

dimanche 19 février 2006

Anne Sylvestre a tout compris

Quand le blues strikes home

Non, Anne Sylvestre ne chante pas de blues. Son truc, c'est la chanson française. Les mots. Des mots qui m'accompagnent depuis près de vingt ans. Je me souviens, quand j'étais petite, j'écoutais déjà les Fabulettes. Patacrac, mon Anorak et Dans ma fusée ont accompagné nos voyages (longs) du temps où l'autoroute n'existait pas et que nous allions à Bordeaux par la nationale.

Lire la suite...

lundi 2 janvier 2006

Bizarre et relatif

Où je me dis que tout est relatif, même le bizarre

Ma copine Solveig a écrit l'année dernière un billet sur sa vie. Sa vie in a nutshell comme on dit en anglais, sa vie dans une coquille de noix. Qui ne réduit pas la vie à une coquille de noix, mais la fait tenir l'espace d'un instant en quelques lignes.

Lire la suite...

jeudi 1 décembre 2005

Memories

Vaupatry dans le soleil

Je crois que cette photo est ma préférée de tous les temps. Of all times, my favorite.

mercredi 30 novembre 2005

Nord perdu, âme retrouvée ?

Où l'on perd le nord et retrouve son âme

Le début du titre n'est pas de moi, il fait référence aux deux essais de Nancy Huston, Nord perdu et Douze France, que j'ai lu il y a peu de temps.

Lire la suite...

mardi 29 novembre 2005

When it's quiet enough inside my mind

When it's quiet enough inside my mind
When the devils have stopped playing the harp and drums
When the chickens have grown their teeth and become crocodiles
When angels light fires and fireworks play with the sun
When every man speaks Truth to every other man
Then, and only then,
Maybe, I can rest.

This text can also be found here.

vendredi 28 octobre 2005

There is not enough love, to go round...

Where we learn well...that there is not enough love.

Having lived in different countries, namely the US and Austria, now living in Germany, and having experienced, or still experiencing international environments, I have had my share of culture shock I suppose.

Lire la suite...

- page 2 de 3 -