notablog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - long ago

Fil des billets

jeudi 29 novembre 2007

Il aura fallu que Fred Chichin...

...meure, pour que je sorte de ma torpeur bloguesque. Non pas que j'aie grand chose à écrire. Sinon que je suis triste. Les Rita Mitsouko, c'est un bout de ma jeunesse, même un bout de ma vie. Et Marcia Baila, un morceau qui encore aujourd'hui me fait frissonner.
Marcia danse un peu chinois
La chaleur
Dans les mouvements d'épaules
A plat
Comme un hiéroglyphe inca
De l'opéra
[edit: la video des Rita Mitsouko que j'avais postée là a été effacée]

lundi 28 mai 2007

Pétard... on est vieux

C'était il y a deux/trois mois, lors de mes déboires Kubuntu et compagnie, dans un salon de chat sur IRC.

[00:14] <Fogge> Anyone who was old enough to have internet ENTER their lives and not just be there all the time are internet "old". :)

Traduction rapide :

"Ceux qui étaient assez vieux pour avoir vu entrer internet dans leur vie, plutôt que de l'avoir eu là tout le temps, sont "vieux" en internet."

La traduction est nulle, mais je me rapelle très clairement de l'arrivée d'internet dans ma vie. Ca ne me rajeunit pas...

jeudi 24 mai 2007

Conflict resolution (ce dont je me souviens)

Il y a vingt ans de cela j'ai assisté à une conférence sur la résolution de conflits.

Lire la suite...

vendredi 13 avril 2007

1971 : 0 - La faux sur l'épaule

L'année 1971 fut pour moi très courte. Un mois, même pas. Et ma naissance fut, comme beaucoup de naissances, liée de près à la mort. Mon grand-père, dont j'étais la première petite-fille (et accessoirement, le premier enfant de son seul fils), mourut trois jours après ma venue au monde.

De lui je ne connais pas grand-chose, sinon le nom que lui avaient donnés mes deux cousins plus âgés, "Daddy" et qu'il était un "grand homme", un mec bien. Il était "du siècle", né en 1900, avait vécu sa vie à la force du poignet, avait monté sa société, vendait des voitures, des Citroën. J'ai cru comprendre qu'il était même ami avec André Citroën, ou au moins qu'il le connaissait. Il pilotait des avions, avait monté sa propre compagnie aérienne, qui reliait la France à Madagascar.

Sa vie cependant reste assez floue, on ne m'en a pas dit grand chose. Je sais pourtant qu'il se préparait pour assister au mariage de sa nièce quand il est mort. C'était le 7 décembre 1971. Il n'est jamais monté dans la voiture et n'a jamais assisté au mariage de sa nièce. Du coup, les lettres de félicitations que j'ai retrouvées dans les placards de mes parents sont surtout des lettres de condoléances.

Toutes nos condoléances pour la mort de votre père/beau-père/mari/oncle. Ah, et félicitations pour la petite Delphine, qui arrive à un bien triste moment.

Ces lettres sont étranges à lire, j'ai du mal à imaginer l'état d'esprit de mes parents et surtout de papa, qui a dû se retrouver cisaillé entre la joie d'accueillir un premier enfant et la douleur de perdre un père. Maman me raconte que je n'étais pas très pressée d'arriver et que mon grand-père venait tous les jours la voir pour lui demander "alors, il arrive, ce bébé ?" Il m'attendait "comme le Messie", peut-être pressé par on ne sait quelle prémonition inconsciente qui lui faisait sentir qu'il fallait que j'arrive avant qu'il ne parte.

Je ne sais pas si cela date de ce moment, mais je considère depuis toujours la mort comme une partie de la vie, l'une de ses composante logique. Comme une pièce sans laquelle le puzzle perd toute son âme. Si, comme le décrit Pratchett, la vie est un grand bonhomme avec une faux sur l'épaule, il devait être au chevet de mon lit de naissance et m'est grâce à cela un peu familier. Il ne m'a jamais vraiment fait peur.

Note : Ce billet a été simultanément publié sur Petits cailloux et ricochets

samedi 18 mars 2006

Frimousse

J'ai pêché dans mes cartons...

Lire la suite...

jeudi 19 janvier 2006

MIT, or the place where dreams happen

Reflexions on a lost career

We went to MIT today, to visit the Media Lab (Media Laboratory) and see what we could do there for the next Wikimedia Conference. The place is huge. As we arrived in Boston, we went to the FSF official launch of the GPL 3.0. The only thing I recall at that point is thinking well, this is just like any other university in the world; imposing monuments, shabby insides and notice-boards that have been so used they just look like a giant pinhole.That was when I entered through the front door. Now, the Media-Lab is situated in a white building not too far from the banks of the Charles River

Lire la suite...

dimanche 13 février 2005

Nostalgie

Où l'on apprend que la berkitude existe encore

Lire la suite...