notablog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Communication(s) et jeux de mots


Fil des billets

vendredi 3 juin 2011

Do You Scale Well?


Lire la suite...

mardi 1 mars 2011

"En charge de" me gave. Grave.

Le titre dit tout. Sérieux.

Je vis dans un autre pays. Du coup, je bouffe de l'allemand à la pelle et malgré presque six ans de pratique quotidienne, je continue à faire des fautes plus grosses que moi (je sais pas si vous voyez la taille des fautes...). Mais les joies de l'internet me permettent de garder un lien avec ma langue maternelle. J'ai même acheté une radio "internet" que je balade de ma cuisine à ma salle de bains en passant par ma chambre et grâce à laquelle je "garde le contact". Je lis des blogs et des articles de journaux (pas beaucoup, je sais pas faire) et des tweets et des trucs et des machins, en français dans le texte. Enfin, presque.

Parce que où qu'on se tourne, ce "en charge de" revient, tel un boomerang de la mauvaise grammaire (la mienne, en tous cas). Dans les journaux du matin sur France Inter, dans les journaux du soir sur Europe 1, dans les journaux télévisés de France ou de Belgique (TV5), dans des blogs par ailleurs fabuleusement drôles et à la plume acerbe et belle (oui, belle, j'aime quand on écrit comme je voudrais qu'on me parle). Et ça me gave. Grave.

Je ne sais pas pourquoi. Je suis une adepte du week-end, une inconditionnelle du staff et je passe mes journées sur internet (et pas sur la toile). Mais "en charge de", ça me donne des boutons. Il paraitraît même que c'est un anglicisme, syntaxique même que (dixit Wikipédia, mais comme chacun sait, n'importe qui peut écrire n'importe quoi, dans Wikipédia, donc ce n'est pas une référence). "En charge de" évoque le poids total en charge, une réminiscence du permis de conduire (vous savez, les acronymes dans l'intérieur des portes de voitures ?).

Bref. Chez moi, le "en charge de" ne passera pas. Les ministres seront chargés de (ce qu'ils voudront d'ailleurs), et je filerai des coups de main aux personnes chargées de réaliser [1] une tâche [2] . Point.

Tiens, avec ce post, j'ai dû faire monter les statistiques Gougeule sur "en charge de" [3] et cela ne fait pas probablement pas avancer mon schmilblick.

Peu importe. Je l'ai dit, je me sens mieux.

Notes

[1] D'ailleurs, reste à voir si réaliser n'est pas lui aussi un anglicisme...mais je l'aime bien, celui-là.

[2] Dans le blog sus-nommé, sous le titre "Ce texte ne s'adresse pas à celles qui...", dans un billet qui, ô comble des combles, s'appelle La bonne française et que par ailleurs je trouve fort intéressant

[3] dont les résultats de recherche donnent Haute Autorité de Santé - Prise en charge de l'urticaire chronique comme premier résultat, ce qui devrait en faire réfléchir plus d'un

lundi 3 novembre 2008

Legally advertised

I read this morning on TechCrunch that MySpace has just figured out how to make money on videos.

I find the idea interesting. But most interesting, and although I am not a lawyer, I am curious to see how this will fare in the whole of DMCA battle that networks and other content owners have been leading against the contents uploaded on youtube and MySpace which, let's face it, are huge copyvio repositories. I suppose that as soon as you start monetizing illegal content, it might become way more difficult to ask for that content to be removed...

samedi 26 mai 2007

La théorie du bol

ou le dictionnaire a ses raisons que la raison ne connaît pas

Lire la suite...

vendredi 25 mai 2007

Renoncer

C'est assez dramatique, comme titre, mais en fait, je voudrais parler tout simplement du mot "renoncer"

Lire la suite...

jeudi 24 mai 2007

Conflict resolution (ce dont je me souviens)

Il y a vingt ans de cela j'ai assisté à une conférence sur la résolution de conflits.

Lire la suite...