notablog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - provinciale et fière de l'être

Fil des billets

vendredi 18 janvier 2008

Acte de naissance multilingue

Je parlerai ailleurs des différences intéressantes entre l'Allemagne et la France concernant les noms, l'attribution de la nationalité et autres tracasseries administratives, mais je tenais à souligner l'efficacité du système mis en place pour la demande d'actes d'état civil en France. Par le biais du site Actes d'état civil en ligne (www.acte-etat-civil.fr), en trois clicks et quelques remplissage de formulaire, j'ai réussi à récupérer un extrait d'acte de naissance qui m'est parvenu deux jours plus tard par la Poste.

Cependant, il semblerait que pour confirmer mes droits maternels sur Tuinkel (et donc tout simplement figurer sur son acte de naissance) j'ai besoin d'un extrait d'acte de naissance international, ou multilingue, afin que les gaziers du bureau du coin comprennent de quoi il s'agit. Ce que je peux d'ailleurs concevoir, puisque ma date de naissance est par exemple établie en toutes lettres, pour un fonctionnaire allemand ne parlant pas une broque de français, il serait difficile de déduire ne serait-ce que cette information.

Bref, du coup, rebelote, je repars sur mon petit formulaire carcassonnais pour demander un extrait/une copie d'acte de naissance multilingue. Sauf que là, pour le coup, il n'y a pas de case à cocher "multinlingue" ou "international". Un petit coup de Google me renvoie sur ce billet qui me confirme dans l'idée qu'il est plus prudent d'appeler pour confirmer. Ce que je fais. Le Monsieur à qui je parle me dit que je n'ai qu'à préciser dans le dernier champ de commentaire que j'ai besoin de la version internationale et me demande mon nom pour noter ma requête en attendant ma demande par internet. Voilà, fait. J'espère que cela mettra aussi peu de temps que le précédent...

samedi 2 décembre 2006

La ville blanche

Je suis à Bordeaux depuis cinq jours. Bordeaux est une ville blanche, qui prend la couleur du ciel ou des rayons.

Eglise Sainte-Geneviève dans le soleil couchant

vendredi 24 novembre 2006

Bonjour Monsieur Noiret

Je viens de lire (via Franck Paul) que Philippe Noiret est mort. C'était un acteur que j'aimais. Et puis surtout, il avait choisi mon Aude natale comme terre de villégiature. On le rencontrait sur le marché de Carcassonne, ou au Leclerc du coin, en train de faire ses emplettes. Et on lui disait Bonjour Monsieur Noiret, comment allez-vous ?, juste comme ça, en passant. Il aurait même dit que c'est pour cela qu'il avait fait sien notre sud. C'est bizarre, comme on s'attache à des choses bêtes, qui n'ont rien à voir avec l'homme ou l'acteur, quant on y pense. Il va me manquer.

Au revoir Monsieur Noiret.

mercredi 15 novembre 2006

K comme Kaffee

Où mes racines latines refont surface à vitesse grand V

Dans les différences culturelles de base auquelles toute personne se doit de prêter attention en arrivant dans un pays étranger, le café, sa consommation et son intitulé même font partie des plus importantes.

Lire la suite...

vendredi 14 juillet 2006

Aujourd'hui, c'est le quatorze juillet

Un drapeau français planté dans mon basilic Aujourd'hui, c'est le quatorze juillet. Avec l'indigestion de Marseillaise à laquelle on a eu droit dans les dernières semaines, je devrais être sevrée. D'autant que franchement, la Marseillaise, c'est pas gai. Mais aujourd'hui, c'est le quatorze juillet et ici tout le monde s'en fout. Il n'y aura pas de défilé, pas de feu d'artifice, pas d'embrasement de la Cité.

D'ailleurs, il paraît que l'embrasement cette année sera le plus beau qu'on ait jamais vu. Tellement beau que la télé française va le diffuser, en direct. Avec Michel Drucker aux commandes et des stars, tout plein de stars partout.

La France entière sera à Carcassonne. Et moi je serai ici. Je jouerai peut-être à Carcassonne, histoire de me sentir solidaire. Sous le regard flottant de mon drapeau au basilic.

Parfois, la France me manque. Vraiment.

mardi 4 avril 2006

J'ai l'Allemagne aux fesses

Où l'on parle de derrières

Je vous vois déjà froncer les sourcils. Mais non, je n'ai pas mal tourné. Enfin, pas vraiment. J'ai juste changé de voiture.

Lire la suite...

mardi 26 avril 2005

Mascara-de périphérique

où l'on apprend qu'il n'y a pas de meilleur miroir qu'un rétroviseur

Lire la suite...

mardi 4 janvier 2005

En revenant d'en bas là-bas

Où l'on apprend que la province est loin, loin, loin.

Chemin et moi sommes partis nous mettre au vert quelques jours, dans mon sud natal, pour plein de raisons. D'abord parce que je voulais lui montrer la plus belle ville du monde, ensuite parce que les vacances sont toujours un bon moyen de savoir si l'on sait se supporter plus de cinq minutes lorsque l'environnement change.

Lire la suite...

dimanche 14 novembre 2004

Où sont les oiseaux ?

Où l'on apprend que le Bois de Boulogne a un peu goût de diesel.

Lire la suite...