notablog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Frankreich

Fil des billets

mercredi 14 janvier 2009

Place des Vosges

Place des Vosges - © Nick Stenning - CC-BY-SA Lundi, je fus pris d’un grand coup de blues. Alors je suis allé faire un tour du côté de mes balades adolescentes. J'ai pris mon carnet, mon stylo plume et suis descendu me perdre dans Paris.

Je me revois encore à l'époque, déguingandé, mon corps hésitant entre le chérubin moelleux de l'enfance et la force saine de l'âge adulte. J'étais tout en bras et en jambes mais mes joues ne désenflaient pas. Je partais dans Paris, avec l'espoir un peu vain de trouver quelque chose à raconter dans mon journal moleskine, ou mieux encore, quelqu'un qui aurait fait attention à moi l'espace d'un instant. Je me repaissais des femmes aux longues jambes et jupes droites qui arpentaient les rues du 6e, je vibrais au son des musiques qui émanaient des fenêtres du 20e, je lisais Le Bossu de Notre-Dame assis près de la Seine, il me suffisait de lever la tête pour apercevoir les tours de Notre-Dame. Je flânais dans les allées du Luxembourg ou sur la Place des Vosges où je me demandais ce qu'il fallait faire de sa vie pour arriver à habiter l'une des maisons qui l'encadrent.

Je marchais des heures entières, sans jamais prendre le métro ni aucun bus. Lorsqu'il faisait trop chaud, je m'engouffrais dans une salle de cinéma pour me goinfrer d'émotions à l'américaine au frais dans les salles obscures. Je mangeais des popcorns ou un croissant acheté chez Paul, seule entorse que je permettais à mon budget d'étudiant.

J'ai marché jusqu'à l'Hôtel de Ville, ai traversé la Seine pour dire bonjour à Notre-Dame, ai flâné dans le quartier latin. Les femmes ont gardé leurs longues jambes mais elles ne m'émeuvent plus comme avant. J'ai pris le Pont Neuf pour accéder à la Cour Carrée du Louvre. J'ai enfilé le Jardin des Tuileries et ai remonté l'Avenue des Champs Elysées. Arrivé près de l'Etoile, j'ai acheté un billet pour un film d'art et d'essai qui passait au Balzac, un croissant de chez Paul à la main. Paul fait les mêmes croissants, ils coûtent quatre fois plus cher qu'à l'époque et ne sont pourtant plus un objet de luxe pour mon budget de cadre supérieur. J'habite Place des Vosges et qu'ai-je fait de ma vie ?


Ce texte est ma participation aux Sabliers Givrés, grain 2 sur une amorce de Zub dans le billet Nostalgie choisie par Malgven.

Crédits photo : Place des Vosges, Nick Stenning - CC-BY-SA

mardi 25 novembre 2008

Le service public français est en grève

C'est marrant, en disant ça "Le service public français est en grève", j'ai l'impression de me répéter.

Je cherche même pas à comprendre pourquoi exactement, quels sont leurs revendications précises, je dis juste que ça m'énerve. J'imagine qu'ils le sont à cause de la décision du gouvernement de supprimer la pub. Et quel est leur problème exactement ? Les stars de la télé ou de la radio publique ne vont plus avoir de salaires mirobolants ?

Et puis surtout, quels avantages y a t'il à faire la grève ? J'écoute France Inter régulièrement, du loin de mon Allemagne profonde. Et aujourd'hui, j'ai dû zapper sur Europe 1, qui eux, ne sont pas en grève. Résultat, les auditeurs d'Europe 1 s'expriment et disent "Je ne vois même pas pourquoi il y a un service public de l'audiovisuel". J'ai toujours trouvé la grève contre-productive, ça empêche leur propre voix de se faire entendre. Quand les ondes publiques sont pleines de musique, personne n'est là pour relayer leur combat en le regardant de leur bout de la lorgnette. Ridicule.

lundi 2 juin 2008

Rien à ajouter

Maître Eolas a tout dit.

Et comme le disait William, voilà bien "Beaucoup de bruit pour rien". Pauvre France en mal de ragots militants et indignés. Si j'osais, je me ferai l'écho de LLG. Allez j'ose. Maître, je vous aime, pour ce petit calme dans un monde de criards.

vendredi 18 janvier 2008

Acte de naissance multilingue

Je parlerai ailleurs des différences intéressantes entre l'Allemagne et la France concernant les noms, l'attribution de la nationalité et autres tracasseries administratives, mais je tenais à souligner l'efficacité du système mis en place pour la demande d'actes d'état civil en France. Par le biais du site Actes d'état civil en ligne (www.acte-etat-civil.fr), en trois clicks et quelques remplissage de formulaire, j'ai réussi à récupérer un extrait d'acte de naissance qui m'est parvenu deux jours plus tard par la Poste.

Cependant, il semblerait que pour confirmer mes droits maternels sur Tuinkel (et donc tout simplement figurer sur son acte de naissance) j'ai besoin d'un extrait d'acte de naissance international, ou multilingue, afin que les gaziers du bureau du coin comprennent de quoi il s'agit. Ce que je peux d'ailleurs concevoir, puisque ma date de naissance est par exemple établie en toutes lettres, pour un fonctionnaire allemand ne parlant pas une broque de français, il serait difficile de déduire ne serait-ce que cette information.

Bref, du coup, rebelote, je repars sur mon petit formulaire carcassonnais pour demander un extrait/une copie d'acte de naissance multilingue. Sauf que là, pour le coup, il n'y a pas de case à cocher "multinlingue" ou "international". Un petit coup de Google me renvoie sur ce billet qui me confirme dans l'idée qu'il est plus prudent d'appeler pour confirmer. Ce que je fais. Le Monsieur à qui je parle me dit que je n'ai qu'à préciser dans le dernier champ de commentaire que j'ai besoin de la version internationale et me demande mon nom pour noter ma requête en attendant ma demande par internet. Voilà, fait. J'espère que cela mettra aussi peu de temps que le précédent...

mercredi 9 janvier 2008

La grange et autres histoires

Oh comme l'année commence bien !

Karl a rouvert les portes de la Grange, un an après les avoir fermées. Ce carnet web est une source de paix et de sérénité, une oasis de fraîcheur dans un monde de brutes. J'aime la Grange.

Et dans le même état d'esprit, celui des mots, je viens de finir L'élégance du hérisson. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas lu en français et je me rends compte combien cela me manque. Pour les mots, je vous le conseille.

jeudi 29 novembre 2007

Il aura fallu que Fred Chichin...

...meure, pour que je sorte de ma torpeur bloguesque. Non pas que j'aie grand chose à écrire. Sinon que je suis triste. Les Rita Mitsouko, c'est un bout de ma jeunesse, même un bout de ma vie. Et Marcia Baila, un morceau qui encore aujourd'hui me fait frissonner.
Marcia danse un peu chinois
La chaleur
Dans les mouvements d'épaules
A plat
Comme un hiéroglyphe inca
De l'opéra
[edit: la video des Rita Mitsouko que j'avais postée là a été effacée]

samedi 2 décembre 2006

La ville blanche

Je suis à Bordeaux depuis cinq jours. Bordeaux est une ville blanche, qui prend la couleur du ciel ou des rayons.

Eglise Sainte-Geneviève dans le soleil couchant

mercredi 15 novembre 2006

K comme Kaffee

Où mes racines latines refont surface à vitesse grand V

Dans les différences culturelles de base auquelles toute personne se doit de prêter attention en arrivant dans un pays étranger, le café, sa consommation et son intitulé même font partie des plus importantes.

Lire la suite...

mercredi 4 octobre 2006

Service public ?

Où le service public a des limites que lui-même ne connaît pas

Je reviens d'une semaine en France où j'ai fait une cure de France Inter, de français et du reste.

Lire la suite...

vendredi 14 juillet 2006

Aujourd'hui, c'est le quatorze juillet

Un drapeau français planté dans mon basilic Aujourd'hui, c'est le quatorze juillet. Avec l'indigestion de Marseillaise à laquelle on a eu droit dans les dernières semaines, je devrais être sevrée. D'autant que franchement, la Marseillaise, c'est pas gai. Mais aujourd'hui, c'est le quatorze juillet et ici tout le monde s'en fout. Il n'y aura pas de défilé, pas de feu d'artifice, pas d'embrasement de la Cité.

D'ailleurs, il paraît que l'embrasement cette année sera le plus beau qu'on ait jamais vu. Tellement beau que la télé française va le diffuser, en direct. Avec Michel Drucker aux commandes et des stars, tout plein de stars partout.

La France entière sera à Carcassonne. Et moi je serai ici. Je jouerai peut-être à Carcassonne, histoire de me sentir solidaire. Sous le regard flottant de mon drapeau au basilic.

Parfois, la France me manque. Vraiment.

vendredi 30 juin 2006

Ich habe heute für Deutschland geschrien...

Deutsche der Welt, unite für Frankreich morgen, sonnst kriegt Ihr Brasilien im Finale!

Lire la suite...

jeudi 13 avril 2006

Pendant ce temps en Bordurie...

Où l'on découvre que les syldaves ont plus d'un tour dans leur sac

Lire la suite...

mardi 4 avril 2006

J'ai l'Allemagne aux fesses

Où l'on parle de derrières

Je vous vois déjà froncer les sourcils. Mais non, je n'ai pas mal tourné. Enfin, pas vraiment. J'ai juste changé de voiture.

Lire la suite...

mardi 14 mars 2006

le mardi

Où l'on apprend que le mardi...

Delphine : T'as l'air crevé.

François : Ouais, le mardi c'est pas bon.

Lire la suite...

J'ai une famille de folie

Où l'on documente la mémoire

En vaine que je suis, je regarde mes référents, de temps en temps, histoire de voir où on parle de moi. Outre les Google, les liens vers les images dans des forums pour soutenir une courageuse qui essaie d'arrêter de fumer (un post du forum de doctissimo), j'ai fait une découverte extraordinaire.

Lire la suite...

lundi 13 mars 2006

En panne

J'ai plus de clopes. C'est la galère. Va falloir se remettre aux blondes. Rahhhhhhhhhhhhhhh.

Lire la suite...

samedi 11 mars 2006

Je mange donc...je mange

Bon, vu que les listes, ça a pas l'air gagné, je change de sujet. Je viens de faire mon tour de blogs et je trouve ce billet chez Veuve Tarquine et les commentaires qui s'en suivent, rapport à cet article de Libération. Comme je reviens du supermarché, le sujet me touche légèrement ("light", comme dirait l'autre).

Lire la suite...

vendredi 3 mars 2006

Sauvée

Un petit coin de chez moi, ici aussi

Mais comment ai-je pu passer tant de mois sans faire l'effort d'aller au marché de Königstein ? Un tout petit marché. Dix étalages à tout casser.

Lire la suite...

vendredi 27 janvier 2006

Ich möchte bitte nach Paris fahren (un billet pour Paris, s'il vous plaît)

Où l'on apprend que l'Allemagne a des faces cachées de pays retardataire

Il ya des jours...et des lunes, disait le poète. Aujourd'hui, outre la neige tombée toute la nuit qui n'a fait qu'aggraver le rhume de ma voiture, j'ai découvert une face cachée de l'Allemagne, que je n'aurais jamais (et je dis bien jamais) imaginée. Je ne crois pas avoir déjà abordé le sujet de la Deutsche Bahn, l'équivalent allemand de notre bien aimée SNCF. Il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Lire la suite...

mercredi 4 janvier 2006

Services clients, services après-vente et autres joyeusetés

Où l'on apprend que dans service client et service après-vente, service ne veut pas toujours dire ce que l'on croit

Comme vous le savez sûrement déjà, j'ai déménagé il n'y a pas longtemps, de Paris vers l'Allemagne. J'ai donc dû résilier tout un paquet de contrats et trouver ici (en Allemagne) des fournisseurs de remplacement. Et depuis que je suis ici, j'en ai vu des vertes et des pas mûres.

Lire la suite...

- page 1 de 2