notablog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - now is mine

Fil des billets

vendredi 21 novembre 2008

Some optimism

sky_not_falling.jpg

Source: Geek & Poke

mercredi 9 janvier 2008

La grange et autres histoires

Oh comme l'année commence bien !

Karl a rouvert les portes de la Grange, un an après les avoir fermées. Ce carnet web est une source de paix et de sérénité, une oasis de fraîcheur dans un monde de brutes. J'aime la Grange.

Et dans le même état d'esprit, celui des mots, je viens de finir L'élégance du hérisson. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas lu en français et je me rends compte combien cela me manque. Pour les mots, je vous le conseille.

dimanche 22 juillet 2007

I'm losing faith

It happened to me once. I lost faith.

Lire la suite...

vendredi 20 juillet 2007

Sans issue

Parfois ma vie ressemble un peu à ça.

Lire la suite...

mercredi 27 juin 2007

J'ai dix billets hors ligne

Et un jour, je promets, je les mettrai en ligne.

Lire la suite...

dimanche 3 juin 2007

Parfois j'oublie

Trois jours à Copenhague, loin de la routine et du home sweet home. Ca permet de tester les nerfs et la volonté.

Lire la suite...

lundi 28 mai 2007

Jour un (le jour où tu découvres)

Ce matin, quand même, après potentiellement 10 jours de retard, j'ai refait le test. Confirmation.

Lire la suite...

jeudi 24 mai 2007

Conflict resolution (ce dont je me souviens)

Il y a vingt ans de cela j'ai assisté à une conférence sur la résolution de conflits.

Lire la suite...

vendredi 13 avril 2007

1971 : 0 - La faux sur l'épaule

L'année 1971 fut pour moi très courte. Un mois, même pas. Et ma naissance fut, comme beaucoup de naissances, liée de près à la mort. Mon grand-père, dont j'étais la première petite-fille (et accessoirement, le premier enfant de son seul fils), mourut trois jours après ma venue au monde.

De lui je ne connais pas grand-chose, sinon le nom que lui avaient donnés mes deux cousins plus âgés, "Daddy" et qu'il était un "grand homme", un mec bien. Il était "du siècle", né en 1900, avait vécu sa vie à la force du poignet, avait monté sa société, vendait des voitures, des Citroën. J'ai cru comprendre qu'il était même ami avec André Citroën, ou au moins qu'il le connaissait. Il pilotait des avions, avait monté sa propre compagnie aérienne, qui reliait la France à Madagascar.

Sa vie cependant reste assez floue, on ne m'en a pas dit grand chose. Je sais pourtant qu'il se préparait pour assister au mariage de sa nièce quand il est mort. C'était le 7 décembre 1971. Il n'est jamais monté dans la voiture et n'a jamais assisté au mariage de sa nièce. Du coup, les lettres de félicitations que j'ai retrouvées dans les placards de mes parents sont surtout des lettres de condoléances.

Toutes nos condoléances pour la mort de votre père/beau-père/mari/oncle. Ah, et félicitations pour la petite Delphine, qui arrive à un bien triste moment.

Ces lettres sont étranges à lire, j'ai du mal à imaginer l'état d'esprit de mes parents et surtout de papa, qui a dû se retrouver cisaillé entre la joie d'accueillir un premier enfant et la douleur de perdre un père. Maman me raconte que je n'étais pas très pressée d'arriver et que mon grand-père venait tous les jours la voir pour lui demander "alors, il arrive, ce bébé ?" Il m'attendait "comme le Messie", peut-être pressé par on ne sait quelle prémonition inconsciente qui lui faisait sentir qu'il fallait que j'arrive avant qu'il ne parte.

Je ne sais pas si cela date de ce moment, mais je considère depuis toujours la mort comme une partie de la vie, l'une de ses composante logique. Comme une pièce sans laquelle le puzzle perd toute son âme. Si, comme le décrit Pratchett, la vie est un grand bonhomme avec une faux sur l'épaule, il devait être au chevet de mon lit de naissance et m'est grâce à cela un peu familier. Il ne m'a jamais vraiment fait peur.

Note : Ce billet a été simultanément publié sur Petits cailloux et ricochets

lundi 12 mars 2007

Ozymandias, king of kings

Au cours d'une conversation sur la gloire, on m'a fait part de ce poème de Shelley

Lire la suite...

vendredi 2 mars 2007

Non pas que...

...je sois une blogueuse prolifique. Mais bon.

Lire la suite...

mardi 23 janvier 2007

Des envies de violence

Si un jour je croise sa route, je crois que j'hésiterai à peine une fraction de seconde entre mon poing volant ou un simple crachat au milieu de son faciès déformé par la haine et la folie. Extérioriser. Comme on fait son deuil.

Tiens, ça va mieux tout d'un coup.

jeudi 21 décembre 2006

Mes multitudes à moi sont une

Il fait froid dans cette maison belle et emplies de fantômes bienveillants, qui porteront sur mon sommeil un regard doux dès que les mots se seront égrenés et que j'aurai trouvé sous la couette la chaleur que l'immensité ne veut pas conférer aux murs.

Lire la suite...

jeudi 23 novembre 2006

Les Fabulettes (Des collections - 2)

<ça commence là

Ma marraine s'appelle Marie-Anne. Probablement le premier signe de ces "Anne" qui n'ont cessé de parsemer ma vie.

Lire la suite...

dimanche 19 novembre 2006

Brouillard

Le temps qu'il a fait toute la journée reflète bien le temps qu'il fait dans ma tête.

dimanche 12 novembre 2006

Morceau de culture

Il y a très peu de choses que je regrette d'avoir faites ou de ne pas avoir faites. L'une d'elles est de n'avoir pas pris le temps, lorsque j'avais quinze ans, d'écouter ma grand-mère. Ou plutôt, de profiter d'elle.

Lire la suite...

vendredi 10 novembre 2006

Souad Massi, rythme et soleil

J'ai découvert Souad Massi par le biais de son duo avec Marc Lavoine, Paris, Paris. La chanson Paris illustrait une publicité pour le cinéma à 3 euros en 2005.

Lire la suite...

mercredi 19 juillet 2006

Akute Belastung mit drohender somatischer Entgleisung aufgrund kulturelle Unterschiede

Ca fait peur, einh ? Je vous enjoins à entrer la phrase dans un traducteur en ligne pour en saisir le sens caché et profond. En fait, c'est la phrase passe-partout utilisée par ma psy pour expliquer à ma Krankenkasse (la sécu locale) pourquoi ils doivent casquer. Ce dont je souffre, quoi.

Lire la suite...

dimanche 18 juin 2006

A la une de vos blogs d'été

J'ai comme un pincement au bord de l'oeil gauche. J'ai beau frotter, il semble que soit coincée sous ma paupière une larme infinie, vieille d'une trentaine d'années, près de trente-quatre, pour être précise.

Lire la suite...

lundi 15 mai 2006

Avec vue sur le Danube

Me voilà à l'aéroport de Belgrade, prête à repartir après deux jours intenses. Mis à part ce que j'en avais lu/vu dans les media, voilà un pays et une ville qui m'étaient totalement inconnus.

Lire la suite...

- page 1 de 3