notablog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - les gens m énervent

Fil des billets

mardi 1 mars 2011

"En charge de" me gave. Grave.

Le titre dit tout. Sérieux.

Je vis dans un autre pays. Du coup, je bouffe de l'allemand à la pelle et malgré presque six ans de pratique quotidienne, je continue à faire des fautes plus grosses que moi (je sais pas si vous voyez la taille des fautes...). Mais les joies de l'internet me permettent de garder un lien avec ma langue maternelle. J'ai même acheté une radio "internet" que je balade de ma cuisine à ma salle de bains en passant par ma chambre et grâce à laquelle je "garde le contact". Je lis des blogs et des articles de journaux (pas beaucoup, je sais pas faire) et des tweets et des trucs et des machins, en français dans le texte. Enfin, presque.

Parce que où qu'on se tourne, ce "en charge de" revient, tel un boomerang de la mauvaise grammaire (la mienne, en tous cas). Dans les journaux du matin sur France Inter, dans les journaux du soir sur Europe 1, dans les journaux télévisés de France ou de Belgique (TV5), dans des blogs par ailleurs fabuleusement drôles et à la plume acerbe et belle (oui, belle, j'aime quand on écrit comme je voudrais qu'on me parle). Et ça me gave. Grave.

Je ne sais pas pourquoi. Je suis une adepte du week-end, une inconditionnelle du staff et je passe mes journées sur internet (et pas sur la toile). Mais "en charge de", ça me donne des boutons. Il paraitraît même que c'est un anglicisme, syntaxique même que (dixit Wikipédia, mais comme chacun sait, n'importe qui peut écrire n'importe quoi, dans Wikipédia, donc ce n'est pas une référence). "En charge de" évoque le poids total en charge, une réminiscence du permis de conduire (vous savez, les acronymes dans l'intérieur des portes de voitures ?).

Bref. Chez moi, le "en charge de" ne passera pas. Les ministres seront chargés de (ce qu'ils voudront d'ailleurs), et je filerai des coups de main aux personnes chargées de réaliser [1] une tâche [2] . Point.

Tiens, avec ce post, j'ai dû faire monter les statistiques Gougeule sur "en charge de" [3] et cela ne fait pas probablement pas avancer mon schmilblick.

Peu importe. Je l'ai dit, je me sens mieux.

Notes

[1] D'ailleurs, reste à voir si réaliser n'est pas lui aussi un anglicisme...mais je l'aime bien, celui-là.

[2] Dans le blog sus-nommé, sous le titre "Ce texte ne s'adresse pas à celles qui...", dans un billet qui, ô comble des combles, s'appelle La bonne française et que par ailleurs je trouve fort intéressant

[3] dont les résultats de recherche donnent Haute Autorité de Santé - Prise en charge de l'urticaire chronique comme premier résultat, ce qui devrait en faire réfléchir plus d'un

jeudi 12 février 2009

Why Standards and Open Source Advocates Should Start Working in the Real World Again

No seriously, I am extremely angry right now. I've installed KDE 4.2 a few days ago and so far, I am pretty happy with it. Mind you, it's not for the faint of heart and I still think it was a huge mistake to ship it with Kubuntu Intrepid, because it is way too advanced (or not enough, depending on how you look at it) for the basic user, but that will do for another post. Screenshot Dolphin failure reading a CD with broken encoding What makes me angry right now is another matter entirely. Yesterday I received a CD from one of my clients. On this CD, one of the folders has a French name, with special characters, "dégustation". The CD was burnt by my client, probably on a Windows machine. I try to open it today with Dolphin. The folder with the special character won't open. I try with Konqueror. The folder won't open. In short, it is broken. I try it on a Windows box, no problem, the folder opens perfectly.

So I look around to try and find a solution to open the CD on my machine, because I need its content. Seems the only way to do this in KDE 4.2 is ... command line [1]. So much for usability.

And while I look around, I end up on this page and this comment, which I reproduce here :

We will no longer support broken encodings in KDE. We have had transition code for several years (at least since 2003) and I think 5 years is enough time for people to finish transitioning to UTF-8 environments.
This bug is about broken-encoded files. *Properly* encoded filenames should be working and if they aren't, please open a new bug report on the subject.
You will hate me for this, but this bug is a WONTFIX. 5 years is enough time. If in 5 years you haven't renamed all your files, you should use the terminal to do it.

So. There is a technical reason (which I cannot understand, way too complicated for me) why this won't be fixed. Fine with me. What seriously pisses me off is the excuse given why this won't be fixed, namely 5 years is enough time for people to finish transitioning to UTF-8 environments.. I find the argument outrageous. Here are my reasons.

  1. How many people even have a clue of what an "UTF-8" environement is all about? Probably 5% of the computer users, and I think I'm being large with that number. "Transitionning to a UTF-8 environment" is not something that has been advertised as the next trendy thing to do while installing your new computer. And I am pretty sure my father (and actually, even myself) has a few CDs from back in the days where file names had special characters and had broken encoding. Does that mean that we won't ever be able to open them again? (Well, my father runs Windows, so he probably does not have that problem to start with, but it's gonna make it harder for me to ever tell him to change for Linux and KDE. So much for usability.
  2. This works in one version, and doesn't in the next (see how that person found a workaround by installing the previous version of Dolphin). In my books, legacy should be one of the most important things that any software should take care of, and more importantly Open Source software. That InDesign (or Word?) doesn't do legacy is more of a commercial trick than anything else, I don't approve of it, but I can understand it. However, I find the fact that a piece of software as often used as a file manager does not allow me to open files from... wait... 5 days ago (this was when the CD was burnt!) completely unacceptable.

I take this example because it really hindered me in my workflow today, but I have encountered this kind of attitude many times over among Open Source advocates, in short, that people should just go along with progress and not look back. Well, guess what, I am an Open Source advocate, and I am also one of those basic users (ok, maybe a little more than that) who works close enough to the "everyday" user to have an idea of what people don't know and don't do. I will call my client and tell her that I couldn't open her CD straight away, and that she should maybe consider in the future not to use special characters because it makes for better cross-OS compatibility. That will be my little stone to the education of the general public into standards. Seriously though, I'll say that I'm on Linux and that it doesn't work. How does that sound? To me, pretty bad, and definitely not like a good advertisement slogan for Open Source altogether.

Basically, what I think we should be looking at here is not to "expect" anyone to have done "anything" that "makes sense", but look at ourselves and say if people haven't transitionned to UTF-8 yet, maybe it is our fault, because we haven't been good enough at communicating on standards and changes and progress. And failing at that will not get us, Open Source advocates, very far.

I think, for example, that Firefox and Open Office are a good example of a mix between "do with the broken" but also "teach people why it's broken and try changing their approach to these things". So yeah, the basic user might be really behind in their "transitionning", but that is where they are, it is the real world. And if we don't go looking for them, they won't come looking for us. To "do with the broken" does not mean "to further the broken", but it is a window of opportunity for us to teach people what good standards and practices are. And should be seen as such, not as a sign that everyone is behind, and we are soooooo ahead [2]

Notes

[1] Or through Nautilus, which I happen to have on my machine and which actually opens the folder, even with the broken encoding. Long live Gnome.

[2] [edit] I've just noticed that nautilus not only opens the folder, but does point out that the encoding is not valid, which is exactly the right behaviour, me thinks. Click on the image to see. nautilus opens a folder with broken encoding

mardi 27 janvier 2009

Soupçon

La semaine dernière, l'ordinateur d'une personne proche de moi a disparu de son appartement. Peu importe les circonstances, en fait. A la sortie, j'en ai conclu que seule une personne pouvait avoir fait cela (j'ai un peu joué les Sherlock Holmes). Et je me suis rendue compte que le soupçon est une chose terrible.

La présomption d'innocence, en l'absence de preuves, devrait prévaloir. Et pourtant... il est tellement facile de penser que quelqu'un est coupable et de casser la confiance qui avait pu s'installer.

Cet épisode m'a donné à réfléchir sur la confiance et sa ténuité (ça doit pas exister, ténuité, je l'invente pour vous). On met des jours, des mois, voire des années à construire une relation, qu'elle soit personnelle, professionnelle, ou même de ces relations qui n'ont pas d'autre valeur intrinsèque que celle d'être une relation. On y met de soi, un peu, beaucoup ou passionnément. Et un jour, le soupçon débarque, en ouragan sauvage ou simple brise et pof ! voilà la confiance envolée.Il me semble qu'une confiance envolée est quasiment impossible à restaurer, tout au moins dans les mêmes paramètres que la confiance acquise.

Je trouve ça étrange, cette unicité de la confiance qui ne se reconstruit jamais de la même façon.

vendredi 16 janvier 2009

Loi appliquée ou censure facile ?

rubiks7x7.png Je sais plus trop comment, je suis arrivée sur un vieux (tout est relatif) billet de Franck Paul qui se pose la question d'un possible message subliminal dans une vidéo sur Iou Tioube. Comme je suis curieuse, je suis les liens pour aller voir la dite vidéo. Je vous passe les deux-cents crash de Firefox dûs au trop grand nombre de fichiers vidéo (je hais flash) et je finis enfin par arriver sur une page où un petit signe "play" m'enjoins de cliquer pour voir la vidéo. Je clique. Rien. Ou plutôt, ce message : "This video is not available in your country or domain". Je recharge la page, pensant qu'il y a maldonne. Rebelote, "This video is not available in your country or domain" (pour les non anglophones Cette vidéo n'est pas disponible dans votre pays ou sur votre domaine).

Comment ça pas disponible dans my country ? Qu'est-ce qu'il a mon pays ? Ah attends, oui. Je réside en Allemagne (my country dans le sens ioutubien). Et en Allemagne, l'article 86 du code pénal interdit la diffusion de symboles nazis[1]

Je cite :

§ 86 Verbreiten von Propagandamitteln verfassungswidriger Organisationen
Wer [...] Propagandamittel, die nach ihrem Inhalt dazu bestimmt sind, Bestrebungen einer ehemaligen nationalsozialistischen Organisation fortzusetzen, im Inland verbreitet oder zur Verbreitung im Inland oder Ausland herstellt, vorrätig hält, einführt oder ausführt oder in Datenspeichern öffentlich zugänglich macht, wird mit Freiheitsstrafe bis zu drei Jahren oder mit Geldstrafe bestraft.

Capture d'écran You Tube Je ne vais pas tenter une traduction, surtout du code pénal, mais après discussion avec l'homme, voici ce que je comprends.

Une peine sera appliquée à quiconque diffuse des outils de propagande, dont le contenu représente un effort déterminé pour prolonger l'ancienne organisation du national-socialisme. (emphases de ma pomme).

L'effort de traduction est pitoyable, je vous prie de bien vouloir m'en excuser. Les mots bestimmt et fortzusetzen sont très clairs (en tous cas dans ma tête) et surtout très forts. Il s'agit là de moyens de propagande clairs, évidents et d'une intention de prolonger ou reconduire le nazisme.

Bref, quelle que soit la raison pour laquelle la croix gammée fait son apparition dans le petit clip vidéo que Franck a relevé - et je respecte ici les interprétations de chacun -, je ne pense pas qu'elle justifie une censure (je n'ai pas d'autre mot) de la part de You Tube à l'encontre des internautes ayant un adresse IP allemande. Je n'ose imaginer quel robot se balade dans les commentaires de You Tube ou traite les abus rapportés par les internautes afin de déceler une infime possibilité d'infraction à la loi allemande sans plus réfléchir que cela.

Je reconnais qu'il n'est probablement pas simple de trier et qu'il doit y avoir quelques cas assez "borderline". Mais ce "dans le doute abstiens toi" à la machette grossière me paraît quelque peu exagéré. En fait, ce qui me gène dans cette procédure, c'est que si tout le monde (mon fournisseur d'accès à internet par exemple) suit la logique de You Tube, je ne devrais même pas pouvoir accéder au billet de Franck Paul qui contient l'image extraite de la vidéo, ou à cette version là de la vidéo, voire probablement pas à cette page de Wikipédia. Et là, ça devient vraiment de la censure facile.

Notes

[1] Petit article de la Gazette de Berlin à lire ici sur le sujet.

mardi 25 novembre 2008

Le service public français est en grève

C'est marrant, en disant ça "Le service public français est en grève", j'ai l'impression de me répéter.

Je cherche même pas à comprendre pourquoi exactement, quels sont leurs revendications précises, je dis juste que ça m'énerve. J'imagine qu'ils le sont à cause de la décision du gouvernement de supprimer la pub. Et quel est leur problème exactement ? Les stars de la télé ou de la radio publique ne vont plus avoir de salaires mirobolants ?

Et puis surtout, quels avantages y a t'il à faire la grève ? J'écoute France Inter régulièrement, du loin de mon Allemagne profonde. Et aujourd'hui, j'ai dû zapper sur Europe 1, qui eux, ne sont pas en grève. Résultat, les auditeurs d'Europe 1 s'expriment et disent "Je ne vois même pas pourquoi il y a un service public de l'audiovisuel". J'ai toujours trouvé la grève contre-productive, ça empêche leur propre voix de se faire entendre. Quand les ondes publiques sont pleines de musique, personne n'est là pour relayer leur combat en le regardant de leur bout de la lorgnette. Ridicule.